Médiation en entreprise : retour d’expérience opérationnel sur ma dernière mission

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog

Bonjour,

On entend parler de plus en plus de médiation en entreprise ou médiation entre entreprises. Pour autant, cela reste souvent flou et n’évoque rien de très concret pour les personnes qui pourraient être intéressées ou concernées.

Je vous partage donc un retour d’expérience opérationnel sur ma dernière mission de médiation conventionnelle en Bretagne.

Le contexte : la direction d’un groupe fait appel à moi en tant que médiateur pour rencontrer un groupe de plusieurs salariés qui connaissent des difficultés significatives pour travailler ensemble du fait d’un passif non réglé, ce qui engendre beaucoup de souffrances. Cela fait même des années que cela dure ! L’arrivée d’une nouvelle direction facilite cette proposition de médiation.

Les salariés sont d’abord consultés et acceptent la tentative de médiation.

Ensuite, une première rencontre a lieu entre les salariés et la direction afin que j’explique en quoi consiste la médiation, que je pose le cadre notamment de la confidentialité et que j’explique le processus. Un calendrier est co-construit ensemble.

Je reçois les salariés d’abord en entretien individuel (1h30 environ par salarié), puis en session plénière.

3 sessions plénières (2h) seront programmées sur 6 mois.

La médiation aboutit avec la rédaction et la signature d’un engagement confidentiel par les salariés qui fixe les nouvelles règles pour travailler ensemble et pour construire leur relation de demain.

Enfin, une réunion de bilan est organisée, à la demande des salariés, avec leur direction.

Ce processus est relativement simple, certes émotionnellement intense, et tellement efficace !

Pensez-y pour vos conflits entre salariés mais également avec des clients, des prestataires, des fournisseurs, etc. Cette mission a été soldée en 6 mois avec une pleine satisfaction des salariés et de la direction.

Un suivi de la médiation peut être prévu en fonction des demandes des salariés.

Natacha Tessier

Médiateur à Rennes

www.happyfizz.fr

Médiation : Episode#3 : Le petit lexique des modes amiables de règlement des conflits…

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog

Médiation, conciliation, arbitrage, procédure participative, négociation, transaction, compromis, …

Bref, on peut s’y perdre !

Je vous propose de continuer le tour des définitions de ces concepts. Et si on parlait, ce mois-ci, de procédure participative, de négociation et de transaction ?

  1. La procédure participative ?

La convention de procédure participative, régie par le code de procédure civile, se définit comme la convention par laquelle les parties à un différend s’engagent à œuvrer conjointement et de bonne foi à la résolution amiable de leur différend ou à la mise en état de leur litige. Cette convention est conclue pour une durée déterminée.

Contrairement au processus de médiation, les parties ne s’engagent pas à la confidentialité, sauf accord contraire décidé par les parties : les accords partiels et/ou les échanges pendant la procédure pourront être communiqués au juge en cas de contentieux postérieur. La procédure participative joue donc le rôle d’une mise en état privée. Les échanges intervenus pourront être pris en compte pour accélérer le jugement de l’affaire.

Les avocats assistent leurs clients en restant tenus à leurs obligations classiques (notamment au secret professionnel), et pourront demeurer auprès de leur client en cas de contentieux ultérieur (il n’existe aucune obligation de désistement). L’assistance des avocats est non seulement obligatoire mais aussi exclusive. Il s’agit d’une forme de “négociation assistée par avocat” et dotée d’effets juridiques étendus.

    2) La négociation ?

La négociation est la recherche d’un accord, centrée sur des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables entre deux ou plusieurs interlocuteurs (on ne négocie pas avec soi-même, on délibère), dans un temps limité. Cette recherche d’accord implique la confrontation d’intérêts incompatibles sur divers points (de négociation) que chaque interlocuteur va tenter de rendre compatibles par un jeu de concessions mutuelles. La négociation est l’action de négocier, c’est-à-dire traiter affaire avec quelqu’un, de faire du négoce, discuter sur les conditions d’un arrangement afin de parvenir à un accord ou une convention satisfaisante pour toutes les parties.

L’accord résultant d’une négociation sera le plus souvent formalisé par un contrat (domaine économique) ou par un traité (domaine politique).

     3) La transaction ?

La transaction est définie par le code civil comme « un contrat par lequel les parties terminent une contestation née, ou préviennent une contestation à naître ».

La transaction peut aussi bien intervenir pour mettre fin à une procédure en cours que pour éviter les suites d’un litige naissant. Elle implique que chacune des parties puisse faire valoir à l’égard de l’autre une prétention, c’est-à-dire qu’elles soient engagées dans un rapport d’obligations réciproques qui permette à chacune de faire des concessions, formalisées dans un acte écrit et signé qui mettra fin au litige.

La transaction constitue en quelque sorte une justice privée, qui fait toutefois l’objet d’une reconnaissance officielle par l’institution judiciaire : le code civil confère à l’accord entre signataires l’autorité de la chose jugée en dernier ressort, ce qui signifie que l’affaire est définitivement réglée par la transaction et qu’il n’est plus possible de venir la contester devant un tribunal.

Le recours à la transaction est aujourd’hui fréquent dans les domaines des assurances, du droit des affaires ou du droit du travail, où l’on apprécie la discrétion garantie par ces négociations secrètes permettant, en cas de conflit, de parvenir à un accord privé.

Natacha Tessier

Coach professionnel – Médiateur – Rennes

Médiation – Episode#2 : Le petit lexique des modes amiables de règlement des conflits

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog

Médiation, conciliation, arbitrage, procédure participative, négociation, transaction, procédure judiciaire, compromis, …

Bref, on peut s’y perdre !

En cette période estivale, je vous propose une définition pragmatique de ces différentes approches. Nous commencerons par les concepts de médiation, de conciliation et d’arbitrage.

1) La médiation ?

La médiation est un processus volontaire et confidentiel dont l’objectif est de traiter les litiges, de façon amiable, quelque soit leur objet et quel qu’en soit le montant, en une ou plusieurs réunions, et dans un délai bref.

Le médiateur est un tiers indépendant, neutre et impartial, nommé soit par les parties, soit sur proposition d’un juge ou des avocats et avec l’accord des parties.

Il n’appartient pas au médiateur d’arbitrer ni de donner son avis ou conseils aux parties. Le médiateur va accompagner les parties à trouver, par elles-mêmes, la solution à leur litige, la plus appropriée et respectant au mieux leurs intérêts mutuels. La médiation peut intervenir dans tous les domaines.

Exemple : 2 entreprises ont un litige commercial à propos de la mise en place d’un logiciel informatique.

2) La conciliation ?

La conciliation est un mode alternatif de règlement des conflits qui permet de trancher rapidement, à l’amiable, un différend civil simple entre 2 personnes physiques ou morales.

Le conciliateur de justice est un auxiliaire de justice bénévole, chargé de faciliter l’émergence d’une solution négociée satisfaisante pour chacune des parties en conflit.

Exemple : 2 voisins sont en conflit à propos d’un trouble du voisinage.

 3) L’arbitrage ?

L’arbitrage est un mode contractuel de résolution du conflit, dans lequel les parties désignent celui ou ceux qui vont trancher leur différend, et s’engagent à l’avance à respecter la décision, que l’on appelle une sentence, de ce tribunal arbitral.

Exemple : 2 entreprises ont signé un contrat de production et de commercialisation d’un produit et ont inséré une clause d’arbitrage afin de régler leurs éventuels différends portant sur l’exécution de ce contrat (prix, volume, qualité, etc).

La suite, le mois prochain … !

Natacha Tessier – Coach professionnel et Médiateur

Médiation Episode#1 : Un médiateur, à quoi ça sert?

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog

Vous êtes en conflit avec votre employeur ou votre employé ?

Vous avez un litige avec votre voisin ?

Vous n’arrivez pas à résoudre un problème avec votre client, votre fournisseur, votre prestataire et la communication est rompue ?

Certes, il y a toujours la possibilité d’un référé, d’une assignation en justice, d’une sommation de payer ou d’une mise en demeure notifiée par huissier …

Et si vous tentiez une autre approche : une médiation ?

La médiation est un processus volontaire et confidentiel dont l’objectif est de traiter les litiges, de façon amiable, quelque soit leur objet et quel qu’en soit le montant, en une ou plusieurs réunions, et dans un délai bref.

Ce processus n’empêche pas de mettre en place des mesures conservatoires si besoin (exemple : le référé) et peut être proposé à tout moment : avant le début d’une procédure judiciaire, mais également au cours de la vie judiciaire, et même en appel.

Le médiateur est un tiers indépendant, neutre et impartial, nommé soit par les parties, soit sur proposition d’un juge ou des avocats et avec l’accord des parties.

Vous devez donc être d’accords sur le principe de la médiation et sur le nom du médiateur. La co-médiation (deux médiateurs) est également possible.

Le médiateur choisira de réunir les parties, individuellement, ensemble, avec leurs avocats si elles sont déjà représentées, afin qu’elles puissent s’écouter et être écoutées, puis échanger sur leur malentendu, sur l’objet de leur conflit, sur ce qui sous-tend leur litige, avant de pouvoir envisager et imaginer la ou les solutions les plus équilibrées.

Il n’appartient pas au médiateur d’arbitrer ni de donner son avis ou conseils aux parties. Ces dernières co-construisent la solution apportée à leur différend; leurs avocats étant les garants de sa viabilité et de sa pérennité juridique. Le médiateur est, quant à lui, le maître du processus de médiation et accompagne les parties à renouer le dialogue dans un cadre amiable de règlement des litiges, dont la confidentialité est assurée.

Le médiateur est formé dans une École de Médiation reconnue (par exemple : l’”IFOMENE”: l’Institut de Formation à la Médiation et à la Négociation).

Optez pour un processus rapide, fiable et confidentiel : la médiation conventionnelle ou judiciaire.

Natacha Tessier

Coach professionnel et Médiateur

La gestion des conflits et le manager ? Venez-vous former le 14 décembre avec Happyfizz !

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog

Parce que les situations conflictuelles sont une grande source de perte d’énergie pour le manager, venez-vous former pour apprendre les techniques de résolution des conflits grâce au processus de médiation.

Happyfizz, Organisme de Formation référencé DataDock et Médiateur, vous propose une journée de formation professionnelle inter-entreprises, le 14 décembre prochain (Saint-Grégoire – 35), sur le thème :

“La gestion des conflits et le manager : l’approche par la médiation.”

N’hésitez pas à vous renseigner et à vous y inscrire : ntessier@happyfizz.fr / 06.59.10.26.60

A bientôt,

Natacha Tessier

Coach professionnel et Médiateur

https://www.happyfizz.fr