La médiation va simplifier la justice administrative

Publié le Laisser un commentairePublié dans Blog

Article du Ouest-France du 25 avril 2017 sur la médiation…

La médiation va simplifier la justice administrative

« De passage à Rennes, le vice-président du Conseil d’État annonce des réformes en profondeur. Jean-Marc Sauvé veut encourager le recours à la médiation, pour simplifier les procédures.

En poste depuis 2006, Jean-Marc Sauvé, bientôt 68 ans, va prochainement prendre sa retraite. En dix ans d’exercice à la tête de la plus haute juridiction administrative française, le vice-président du Conseil d’État n’a jamais cessé de sillonner l’Hexagone. « C’est ma 129e visite de juridiction, et la quatrième à Rennes », confie-t-il, en déplacement, hier, dans la capitale bretonne, dans les murs du tribunal administratif présidé par Jean-Jacques Louis.

« Mieux réguler les litiges »

Il était venu, notamment en 2013, pour inaugurer les vastes travaux engagés dans l’Hôtel de Bizien, à deux pas de la préfecture Martenot. Cette fois, c’est un tout autre chantier que vient présenter le haut magistrat. En effet, le Conseil d’État veut favoriser la médiation dans le contentieux administratif. « Pas seulement pour désengorger nos tuyaux, souligne Jean-Marc Sauvé, également pour mieux réguler les litiges, en amont, dans un contexte moins conflictuel. » Comme leurs collègues des tribunaux civils, les juges administratifs sont confrontés à une hausse croissante du nombre d’affaires à traiter. « En quarante ans, nous sommes passés de 30 000 à 300 000 dossiers par an. » Soit dix fois plus. En moyenne, les tribunaux de première instance voient leur activité augmenter de 5,5 % par an. Et le phénomène est encore plus marqué dans les Cours administratives d’appel (à Nantes, pour la Bretagne) et devant le Conseil d’État. Avec des délais qui s’allongent. Le tribunal administratif de Rennes n’est pas épargné. Il compte 25 magistrats, 33 agents de greffe, 3 assistants de justice. 5 521 requêtes nouvelles ont été enregistrées en 2016 alors que, pendant longtemps, ce chiffre tournait autour des 5 000 dossiers. « Les contentieux sociaux sont en forte progression, en hausse de 31 % », relève-t-on dans les principales tendances. Le délai moyen pour juger les affaires ordinaires s’élève à 2 ans et 9 jours. Le projet de loi sur la justice du XXIe siècle veut, à l’inverse, favoriser la médiation en amont de la saisine du juge. Elle pourrait concerner 20 % des affaires, principalement les litiges indemnitaires ou contractuels. « Un bon arrangement vaut mieux qu’un long procès, résume Bernard Stirn, président de la section du contentieux au Conseil d’État. La médiation peut permettre d’éviter un litige inutilement long et coûteux. » Par ailleurs, les juridictions administratives encouragent la dématérialisation des procédures. Tous les documents sont désormais transmis par internet, via l’application informatique Télérecours. Là encore, un gain de temps qui simplifie les procédures. »

Olivier BERREZAI.

 

Retour en images au salon de Vannes les 08 et 09 avril 2017

Publié le Laisser un commentairePublié dans Blog

Quelques photos du Salon de Vannes les 08 et 09 avril dernier où j’ai eu le plaisir de donner une conférence sur le thème : “Réussir en tant que femme en entreprise en 2017 : portrait.” et une jolie interview du journal Le Télégramme de Vannes : http://www.letelegramme.fr/morbihan…

Un joli stand partagé avec Ceramosa Bijoux

Et une photo souvenir avec Agnès Bérenguer – Ceramosa Bijoux : https://www.facebook.com/ceramosabi…

De beaux échanges avec le public, les visiteurs et les exposants du Salon, merci à tous !

Interview Happyfizz dans le journal « Le Télégramme » de Vannes le 08 avril 2017 !

Publié le Laisser un commentairePublié dans Blog, On parle de nous !

Natacha Tessier coach les femmes pour qu'elles aient davantage d'assurance en elle-même dans le monde de l'entreprise.

Natacha Tessier coach les femmes pour qu’elles aient davantage d’assurance en elle-même dans le monde de l’entreprise.

Au salon Intensément féminin, il y a des défilés de mode, des animations sportives, 80 exposants et miss sirène. Mais il y a aussi des conférences. Celle de Natacha Tessier, cadre pendant 15 ans dans l’industrie, devenue coach professionnelle. Elle est intervenue sur la place des femmes dans l’entreprise. Et il y a du boulot !

Quel est votre parcours professionnel ?
J’ai été pendant 15 ans responsable juridique dans de grands groupes industriels, en Bretagne et ailleurs. Puis j’ai voulu me concentrer sur l’accompagnement des personnes et des organisations. J’ai créé ma société Happyfizz. Mon coeur de cible, ce sont les femmes dans l’entreprise.

Quel constat faites-vous ?

Et bien si l’on en croit la loi de 2011 sur l’égalité professionnelle, les femmes devraient représenter 40 % des membres des conseils d’administration des entreprises. La date butoir pour son application, c’est cette année. Et bien entendu, la loi n’est pas appliquée.

Est-ce que cela avance tout de même ?

Oui, il y a du progrès. Mais je préférais que les femmes gagnent leur place parce qu’elles ont fait ce qu’il fallait pour le faire, plutôt que grâce à un système de quota. Dans l’une des entreprises dans laquelle j’ai travaillé, nous étions cinq femmes au conseil de direction pour… 25 hommes. Il y a du chemin à faire, mais cette notion d’égalité va être longue à mettre en oeuvre, parce qu’il y a derrière toute une culture et des dizaines d’années d’éducation à remettre en question. 

Que dites-vous aux femmes qui viennent vous voir ?

 Souvent, les femmes ont des idées négatives d’elles-mêmes. Elles n’osent pas prétendre à une évolution professionnelle. Il y a une espèce d’autocensure féminine. J’en connais qui ont 20 ans d’ancienneté dans une boîte et qui n’ont jamais osé demander une augmentation. Il faut lutter contre ces idées en se persuadant qu’elles n’ont rien de rationnel. Avec ces femmes, je travaille sur des techniques d’affirmation de soi. Mon discours est celui-ci : Oser, c’est prendre le risque de réussir ! 

La femme n’est-elle pas contrainte par les obligations de la vie de famille ?

L’économiste Thomas Piketty dit que tant qu’il y aura des réunions après 19 h, on ne pourra pas parvenir à une véritable égalité professionnelle, mais aussi à une bonne répartition des tâches domestiques. Maintenant, on constate qu’il y a des nouveautés au niveau des méthodes de travail. Il y a le télétravail, des conciergeries, des crèches d’entreprises. Pour la nouvelle génération, celle que l’on nomme les Y et Z, sa première attente est de pouvoir concilier vie personnelle et vie professionnelle. Les entreprises doivent impérativement se saisir de ce sujet, car il y a encore du chemin à faire.

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/intensement-feminin-oser-c-est-prendre-le-risque-de-reussir-09-04-2017-11468624.php#BByrzQSbLAeWtFMv.99

Lien de l’interview dans « Le Télégramme » :

http://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/intensement-feminin-oser-c-est-prendre-le-risque-de-reussir-09-04-2017-11468624.php

Happyfizz était présente au Forum Start-Up à la Rennes Business School

Publié le Laisser un commentairePublié dans Blog

Lundi 27 mars, j’ai eu la chance de participer au Forum Start-Up à la Rennes Business School. Des échanges très riches avec les étudiants de l’ESC. Merci à l’Association Start You Up http://start-you-up.fr/asso/ pour l’invitation ! A bientôt !

Happyfizz au Forum Start-Up de la Rennes Business School
Stand Happyfizz au Forum Start-Up Rennes Business School
Happyfizz se décline en kakémono !

Conférence Happyfizz au Salon « Intensément Féminin » à Vannes le 08 avril 2017 à 17h

Publié le Laisser un commentairePublié dans Blog

Venez nombreuses et nombreux au Salon « Intensément Féminin » à Vannes les 08 et 09 avril prochain.

J’interviens le samedi 08 avril à 17h pour une conférence de 45 min sur le thème : « Réussir en tant que femme en entreprise ».

Egalement, j’aurais le plaisir d’échanger avec vous sur le stand Happyfizz n°75. Il me reste quelques invitations, n’hésitez pas à les demander (ntessier@happyfizz.fr ou formulaire de contact sur www.happyfizz.fr).

Retrouvez le programme : Salon-conférence Happyfizz

A bientôt !